AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 5 : Le vol...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Théo

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 27
Gardien : Dryan (colibri bleu)
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: Chapitre 5 : Le vol...   Ven 24 Mar 2006 - 13:26

-----FLASH BACK-----

Chris : Bonne nuit, maman !
Mere : Bonne nuit, mon chéri. Mais évite de travailler trop tard, tu as du temps pour finir ce devoir, tu sais ?
Chris : oui je sais maman mais bon au moins j’en serai débarrassé.

Je m’abandonne alors au pays des rêves prenant ainsi pour coussin mon devoir de français. Je me retrouve soudain en plein milieu de gens que je ne connaît pas… étrange rêves.

----- FIN DU FLASH -----


Chris : Euh, Dryan, dis-moi ce que l’on fait maintenant… Ca fait déjà un bout de temps qu’ils sont entrés dans ce bâtiment…
Dryan : Comme tu l’sens mon vieux, moi j’te suis ! ^____^

Dryan se tient sur mon épaule ce qui est rare car il ne tient jamais en place ! Il est souvent de bon conseil, mais quand il sèche il me répond toujours qu’il me suit quoi que je choisisse. Au début c’est décevant même si ça n’arrive pas souvent, et puis je m’y suis fait.

Cela n’arrange pas mes affaires.

Je me réveille… soudain une sensation bizarre, comme une vibration dans tout mon corps. Je me rendors car il fait toujours aussi noir, si j’avais pu me rendre compte plus tôt…

Le lendemain je me réveille et je suis bien content d’être en plein… Je m’apprêtai à dire week-end mais au lieu de ça le mot qui me vient est forêt ! Je suis en pleine forêt ! C’est du délire, purement et simplement du délire. Pourtant je suis bien réveillé. J’aurais au moins pu atterrir avec des gens comme dans cette série que regardait mon père là... les 4000 croissants (ndla : aucuuuune références !!!!) ou un truc dans ce goût là… Il m’a fait voir un épisode, qu’est-ce c’est débile !

Par contre je suis bien content de m’être endormi habillé et non en pyjama. De plus, j’ai toujours mon porte-monnaie sur moi, quelle chance !



Chris : Bon bah dans ce cas là, allons-y !

Je me dirige vers l’entrée. Là un homme de taille imposante portant des lunettes se tient, il semble qu’il attende quelque chose, mais paraît passablement irrité. Il ne me remarque pas tout de suite, puis se retourne, sourcils froncés.

Chris : Euh, excusez-moi, vous n’auriez pas vu un groupe de personnes, s’il vous plait ?

??? : Vu ? Bien sûr. En revanche je les attends toujours, j’avais rendez-vous avec ce groupe ici même mais ils ne m’ont pas l’air pressés d’arriver…

Chris : C’est-à-dire que… bah en fait…

Dryan : Voyez-vous, le fait est qu’on les suivait parce que nous avions un certain retard dû à une certaine erreur, bref on les « observait » avant de chercher à s’intégrer. Nous sommes des Voyageurs, et vous ? Dryan, enchanté, le ‘tit timide à côté là c’est mon maître, Chris.

Chris : Enfin Dryan, tu aurais pu être plus discret !

Christian : Chris ? C’est qu’il me choure l’un de mes surnoms, en plus ! Moi, c’est Christian. Faut bien que je me rende à l’évidence que je suis ce qu’on appelle un « Errant » sur cet abruti de monde...

Son gardien, un raton laveur, lui tapote la main avant qu’il ne parte dans une diatribe interminable, et prend la parole :

Pùca : Mon nom est Pùca. Mais pour en revenir au groupe de Voyageurs, ils sont…

Les yeux de Christian brillent derrière ses lunettes, il semble en train de chercher une formulation qui résumerait vite la situation et qui complèterait la phrase inachevée du raton laveur…

Christian : …en retard ! Nous ferions mieux de partir les chercher ! Cet endroit n’est pas sûr, j’en ai fait l’expérience et je crains qu’il ne leur soit arrivé quelque chose ! De plus, il semble y avoir eu une coupure de courant dans ce secteur.

Chris : Cela me semble un bon point de départ…Ce couloir est sombre, laissez-moi nous éclairer.

Et après quelques secondes de concentration, je fais apparaître une boule de lumière éclairant la vaste zone d’ombre.

Seul. Face au vent dans une forêt. Soudain, un homme. Quelque chose m’intrigue chez lui, il a les cheveux blanc mais surtout il n’était pas là il y a deux secondes, je l’aurais juré. Et comme en écho à cette pensée…

??? : Bonjour, désolé de vous surprendre, mon nom est Hermès. Je dois vous entretenir d’une chose importante. Vous devez rejoindre les autres le plus rapidement possible.
Tous les autres ? Je veux bien mais ils sont où les autres en question… ??? Et puis c’est qui ce Hermès… et où on est ? Serait-ce Ataraxia ? Je ne connais mon gardien que depuis une poignée de jours et, ne doutant pas de son existence, lui ai posé des questions sur ce lieu qu’il appelle Ataraxia. Si c’est là que je me trouve alors ce n’est pas comme ça que je l’imaginais…

Hermès : Suivez-moi. Vous comprendrez tout bientôt, n'ayez crainte.


Les minutes passent et se succèdent, Christian nous guide, il semble avoir une idée de l’endroit où nos amis ont pu rester bloqués… On arrive devant une porte, mais celle-ci est coincée… on entend quelques personnes parler à l’intérieur.

Chris : Vous pensez que c’est ici ?

Christian : Oui, sans aucun doute. Mais la porte semble coincée par un code… Attendez… voilà !

J’aperçois qu’il semble utiliser un pouvoir mais je ne vois pas ce que ça peut être, enfin tant que ça fait sauter les portes à code. ^^ Ensemble nous rentrons, chaleureusement accueillis par une personne armée ! Ma boule de lumière révèle qu’en fasse d’eux se tiennent... des araignées mécaniques ? Elles semblent inactives, pour le moment…

Chris : Bonjour, je m’appelle Chris et je suis là pour vous accompagner. Je suis un Voyageur.

Dryan : Disons plutôt pour vous aider.

??? : Encore un piaf écervelé ! Et qu’est-ce qui vous fait croire qu’on a besoin d’aide ? Vous voyez pas qu’on maîtrise la situation ?

??? : Yago ! Enfin …

C’est une jeune asiatique qui nous a parlé, elle aussi a les cheveux blancs… elle me fait penser à Hermès.

Jeune homme aux airs studieux et aux traits ibériques : Sacré pouvoir. Ça au moins, ça sert à quelque chose

Malheureusement je n’ai pas le temps d’observer plus l'apparence de la jeune asiatique car le courant semble revenir. Un système de reconduction électrique nous explique le jeune espagnol. Soudain les araignées se remettent en marche et apparemment le groupe ne semble pas trouver de solution… de plus des tirs se déclenchent me forçcant a me mettre à terre.

Même si la panique commence à se faire ressentir, Dryan me murmure alors ceci :

Rassemble ton énergie et fais un champ avec pour bloquer les araignées… C’est fatiguant mais tu commençais à le maîtriser avant de revenir sur Terre. Ca les retiendra le temps que l’on trouve une solution…

Chris : Je peux toujours essayer mais bon…

Les autres le regardent, perplexes. L’énergie se rassemble entre mes doigts. Alors je la dirige vers les araignées comme me le dit mon gardien ; il semble que cela marche mais je ne dois pas détourner mon attention, si je le fais mon gardien me dit que le mur va disparaître…

Chris : ou purée qu'c’est fatiguant ! Allez les autres, faites quelque chose, je vous en prie, je ne tiendrai pas longtemps...


Je suis désormais dans une sorte d'amphithéâtre. Sur l'estrade se distinguent 2 hommes.

??? : Nous vous souhaitons la bienvenue, nous sommes les princes d’Ataraxia et disons que nous vous avons mal téléporté… Je suis Dante, et voici mon frère Zacharie.

Zacharie : Ouais enfin moi j’y suis pas pour grand chose !
Dante : Bref, nous avons besoin de vous. Vous avez déjà fait connaissance avec Hermès je présume ? Il vous expliquera la situation en vous emmenant auprès des autres. Sachez juste que lorsque vous serez retourné dans ton monde, si ce collier brille tu devras répondre à son appel sous peine d’être téléporté ici de force. Sur ce, bonne chance. Je te laisse désormais à la disposition de notre messager.

Sur ce, les deux hommes se retirent.

Après les explication d'Hermès. Je me vois alors remettre un étrange collier. Ce qui est bon signe, c'est qu'il semble que je vais retourner chez moi, en revanche, cela présuppose que je vais devoir revenir ici regulièrement... Hermès me transporte avec le vent, c’est une sensation merveilleuse. Je comprends désormais comment il a pu s’approcher de moi si vite et si silencieusement. J’aimerais chevaucher les vents moi aussi…

_________________
Au-delà du ciel et des étoiles. Libre. Aucun compte à rendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïn

avatar

Nombre de messages : 69
Gardien : Zamibaru (babouin)
Date d'inscription : 17/09/2005

MessageSujet: Re: Chapitre 5 : Le vol...   Dim 26 Mar 2006 - 5:11

Nos adversaires ont beau avoir l'avantage du terrain, ils n'ont pas surffisamement de cervelle pour pouvoir les exploiter, ces avantages. En fait, ils sont tout aussi emmerdés que nous lorsqu'ils se prennent des branches dans la face ou dans les pattes dans le feu de l'action.

Après un bref incident avec Leonardo qui a failli me faire finir embroché vif par un hybride de rhinocéros - va falloir qu'on s'explique >.< - je me débarasse sans trop de difficultés de la majorité de mes adversaires plus que grotesques - dont une femme chuihuahua aux aboiements tellement aigus qu'ils en constituent une arme... - à coups de sabre et coups de boule. Zamibaru lui même met la main à la pâte en s'acharnant sur un hybride à la face des plus simiesques - surement un genre de gorille.

Au bout de quelques minutes à peine, nos adversaires gisent à nos pieds, assommés, tranchés, ébouillantés, écartelés, ensorcellés. Les morts disparaissent une fois de plus sous nos yeux, nous achevons les mourrants par acquis de conscience.
- Putain, ils se foutent de nous, là... C'est à peine un échauffement de rien du tout. BANDE D'AMATEURS !!!
Ya même pas d'écho dans cette forêt >.<
Zion : Peut être qu'il s'agit là du menu fretin. On peut s'attendre d'un moment à un autre à tomber sur de plus gros morceaux...

Le loup de Zion revient d'une petite exploration en trottinant, comme Zion, il a toujours l'air à la fois blasé, amusé et serein.
Le loup : La piste que nous suivions continue vers le sud, mais il y a une piste plus ancienne mais nettement plus cohérente qui bifurque vers l'ouest.
Zamibaru : Je m'en doutais, on suivait un leurre. Ce doit être la vraie piste maintenant...
- Naaan, tu crois ?
Zamibaru : Qu'est-ce que t'as, toi, tu me cherches ?

Pendant que Zamibaru et moi même nous expliquons poliment sur nos divergences d'opinion, Leonardo, Sturm, Akira, Sho et compagnie nous rejoignent et devisent de ce qu'il faut faire avec Zion.

Leonardo *se massant les tempes* : Bon, on continue ou on arrête là ?
Sturm : Bah, au point où on en est, autant continuer...

Au pas de course - on est pressés quand même - nous suivons la piste dont il est question, au milieu d'une forêt de plus en plus touffue au fur et à mesure qu'on avance, j'ai même failli me faire éborgner par une branche >.<. Néanmoins, malgré notre attention de tous les instants, il n'y a rien de particulier à signaler.
...
Quoique...
- On est paumés T_T On va errer sans fin dans cette forêt sans jamais en trouver la sortie !!
Zamibaru : Arrête de chialer, tapette >.<
- Je t'emmerde, crétin de singe !!
Akira : Mais non, on est pas perdus ^^"

L'avantage d'avoir Akira avec nous, c'est qu'il soigne les blessés, donc on est tous en forme, ce qui nous sera bien utile à l'avenir...

Pendant qu'on dévise sur la direction à prendre, ou le choix à faire, un type bizarre apparaît à quelques mètres de nous. J'entrevois sa silhouette, et il y a quelque chose de bizarre dans son attitude...
Shô : Eh, toi, mon pote, t'es paumé ?!
- Shhhh !!! Mais merde, fermes là, on sait pas qui c'est ce type !!! Faut de la discrétion, dis-cré-tion !!
Shô : tu peux me rappeller qui est celui qui a fait exploser - discrètement - un bus l'autre jour ? J'ai du mal à m'en souvenir =_=
- Je t'emmerde !! Et voilà, il nous as vus, il arrive !

En effet, le type s'approche, et plus il est près, moins je le sens bien ce coup. Il est pas normal. On dirait qu'il est complètement stone, comme s'il s'était fait une bonne dose de dope et qu'il était à la limite de l'overdose. Un filet de bave pend de sa bouche ouverte sur des dents plantées n'importe comment. Il a le teint cadavréique et marche en trainant les pieds et en titubant. Un zombie, quoi.
Zion : Il n'a pas l'air très net celui là...

Du coin de l'oeil, je vois Leonardo et d'autres errants du groupe se tenir soudainement la tête à deux mains, comme victimes d'un mal de tête soudain.
Leonardo : Merde !
- C'est comme l'autre jour, les errants aiment pas ça, ce type est pas normal, en arrière, en arrière !!

Notre petite troupe reflue devant l'avance du type et, dans l'agitation, nous dévalons tous sens dessus dessous une dépression de terrain qui nous fait atterrir dans un endroit plus clairsemé.
Zion : tiens, une pinède. Des amateurs de pignons ?
- C'est pas le moment de se poser ce genre de question !
Zamibaru : Zombie à deux heures !!

L'homme est soudainement devenu bien plus vif car le voila qui soudain empoigne deux de nos compagnons et les projette en l'air comme de vulgaires fétus de paille. Heureusement pour eux, ils atterrissent sans trop de mal, mais le zombie n'a pas l'air d'ête satisfait.

- Merde !! Evitez ce type !!

Malheureusement, les errants, pour la plupart complètement onubilés par leur mal de tête, ont bien moins de réactivité et d'autres se font éjecter sans autre forme de procès. Ah, ça commence à bien faire, comme si j'allais laisser un zombie jouer à la pétanque avec des Errants à la place des boules.

- Matérialisation !

Mon sabre s'entoure d'une aura enflammée, et je fonce sur la créature. Elle évite avec une vivacité surprennante mon premier coup, mais le second lui déchire le torse dans un jaillissement de sang et de fumée noirâtre.

Je m'apprête à crier victoire en voyant la créature s'effondrer en gargouillant d'incompréhensibles syllabes, mais deux choses se produisent simultanément.
Premièrement, une douleur abominable me lacère la cervelle, accompagnée de l'apparition d'esprits, lequels sont agglutinés autour du zombie.
Secondement, le dit zombie commence à subir une métamorphose digne d'un film d'horreur de seconde zone.

Tandis que je lutte contre l'atroce souffrance provoquée par le stress et la présence de cette balle dans mon cerveau, la créature se transforme en un monstre qui a tout de la chimère, et pousse un rugissement à réveiller les morts.

Je crois qu'on va devoir se préparer à défendre chèrement nos vies...

-------------------------
Ce post est inachevé (il manque un flash back), mais l'essentiel y est.
La fine équipe des suiveurs de piste est attaquée par un monstre qui ressemble beaucoup à la chimère de la mythologie. Il est très fort, très très très fort.
Il attaque à l'aide des ses griffes et de ses crocs, mais aussi à coups de jets de boules d'énergies élémentales (feu, eau, etc...)

Racontez votre combat contre les zombie d'un peu plus tôt, vos états d'âme à la rencontre du zombie, et enfin votre lutte contre le monstre.

Vous ne pouvez pas le vraincre, tout au plus le blesser, mais il se régénère aussitôt et semble s'enrager encore plus à chaque fois qu'il est blessé.


Pour ceux qui sont au labo : Si vous avez la force de poster, finissez le laboratoire et trouvez le chemin jusqu'à la surface. Une fois arrivés, vous avez la joie et le bonheur de constater que vous en avez pas fini avec les emmerdes, il y a plein d'hybrides qui batifolent dans les parages, toujours aussi stupides et faciles à battre. Si personne ne poste, j'essaierai de poster sous Christiana soit mercredi, soit le WE prochain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.albatarteam.net/angelicvision
Akira

avatar

Nombre de messages : 78
Gardien : Dolly, koala (mâle!)
Date d'inscription : 22/09/2005

MessageSujet: Re: Chapitre 5 : Le vol...   Dim 26 Mar 2006 - 13:20

Après un petit briefing et les présentations des nouveaux venus, nous revoici dans un bel avion où je profite des sièges qu'on peut bouger comme on veut pour finir ma nuit. Ce n'est qu'au moment de l'atterrissage que Sho me réveille en me mordillant l'oreille ayant pour conséquence de me faire bondir. Je déteste quand il fait ça >_< je suis très chatouilleux des oreilles.

Après quelques minutes de marche nous voici devant un choix à faire. Personnellement je préfèrerais le laboratoire ^^" je n'ai pas très envie de courir après ce que mon instinct me souffle comme étant une bande de fous dangereux ^^". Malheureusement Sho semble avoir envie de tester ses pouvoirs et après quelques instants d'hésitation devant ma réticence, finit par me trainer littéralement de force à la suite de Cain. Super -_-.... Bon d'un côté je suis le seul guérisseur du groupe c'est logique que j'aille en première ligne... Pourquoi j'ai pas plutot un pouvoir qui fait apparaitre des papillons? On me laisserait tranquille!

Après un joli vol plané sur le derrière de notre rocker, nous le rejoignons dans une petite clairière. Doly, accroché à mon cou contre mon torse, ouvre un oeil tandis que Deb fixe d'un oeil extatique un escargot sur un tronc d'arbre. Sho quand à lui à l'air un peu nerveux. Le cri d'alerte de Zamibaru me fait sursauter et je jette des coups d'oeil frénétiques autour de moi. Sho me pousse imperceptiblement vers le centre du cercle que le groupe a instinctivement formé.

Doly> Pas bête, comme ça ils ont juste à faire quelques pas en arrière pour se faire soigner et nous sommes en relative sécurité.

Je regarde, impuissant, les hybrides se jeter sur mes camarades.

Le premier blessé me tombe littéralement dans les bras, laissant une ouverture dans mon bouclier humain, ouverture que n'a pas manqué de voir la femme-éléphant qui nous fonce dessus. Je me dépêche de soigner mon camarade tandis que Doly lui passe une feuille sous le nez pour le ranimer et à peine remis, je le relève et le pousse en direction de la brèche. Je ne sais pas trop comment il a fait mais visiblement il est toujours vivant et la femme-éléphant se dissipe dans un nuage de fumée... Bon c'est le résultat qui compte hein ^^".

Au final cette formation était une excellente idée! Je n'ai presque pas bougé et nous sommes tous vivant et les hybrides sont tous morts ou achevés. Et puis j'ai fait un tel stock de blessure que je serai même capable de résister un peu tout seul ^^". Pour plus de sécurité, Sturm me demande de faire un petit soin sur chaque membre. Tout le monde de nouveau en forme, nous rejoignons Cain et Leonardo en grande conversation.

La bonne nouvelle c'est qu'il ne semble pas y avoir d'autres hybrides (faut dire qu'avec le paquet qu'on vient de se farcir...). La mauvaise nouvelle c'est que j'ai des crampes partout et que Doly ne peut rien pour moi.

Doly> Apparement c'est une enzyme spéciale que ton organisme crée. Je crois que c'est elle qui te permet "d'emmagasiner" les blessures. Et quand ta "poche à bobo" se remplie, elle provoque des crampes.

Merveilleux =_=.

Arrivés à hauteur de nos deux combattants d'élite, nous discutons de la marche à suivre avec Zion. Au final, nous optons pour continuer la poursuite. Nous voici donc à trottiner sur ce qui semble être la bonne piste et qui s'enfonce dans une forêt de plus en plus vierge. Quoique théoriquement si quelqu'un est déjà passé par là elle n'est plus vierge, donc il est incorrect de dire une forêt vierge puisqu'elle ne l'est plus... Je ne savais pas qu'une enzyme pouvait me faire déblatérer des stupidités comme le dépucelage d'une jungle...-_-"

J'ai un peu de mal à suivre au début à cause de mes raideurs mais apparement l'exercice et le temps les dissipent peu à peu. Au moment où Sho promet à Deb qu'il lui offrira un élevage d'escargot si elle arrête de se stopper brutalement tout les 5 mètres, l'avant du groupe pile.

Cain> On est paumés T_T On va errer sans fin dans cette forêt sans jamais en trouver la sortie !!
Zamibaru> Arrête de chialer, tapette >.<
Cain> Je t'emmerde, crétin de singe !!
Akira> Mais non, on est pas perdus ^^"

Du moins le hurler ne nous aidera pas plus à ne plus l'être ^^". Alors que Sturm se dispute avec Leo sur la direction à prendre, Cain aperçoit un homme plus loin. Et Sho avec ses actions réfléchies habituelles...

Sho> Eh, toi, mon pote, t'es paumé ?!
Cain> Shhhh !!! Mais merde, fermes là, on sait pas qui c'est ce type !!! Faut de la discrétion, dis-cré-tion !!
Sho> tu peux me rappeller qui est celui qui a fait exploser - discrètement - un bus l'autre jour ? J'ai du mal à m'en souvenir =_=
Cain Je t'emmerde !! Et voilà, il nous as vus, il arrive !

En effet, l'énergumène rapplique. A vu de nez, au sens propre comme au figuré, on dirait un mort-vivant :s.

Soudain, les Errants du groupe ont la même réaction que la dernière vraie-fausse mission au village.

Leonardo> Merde !
Cain> C'est comme l'autre jour, les errants aiment pas ça, ce type est pas normal, en arrière, en arrière !!

Pas besoin de me le dire deux fois mon pote! J'attrappe Doly qui ramassait des champignons, Sho embarque Deb qui bavait devant un escargot, et nous dévalons dans un joyeux bordel le fouillis de fougère et de branchage, soutenant difficilement les Errants migraineux. Arrivant dans un espace un peu moins confiné, mon Errant et moi, je n'ai même pas eu le temps de voir qui j'avais embarqué, sommes happé par le zombie qui nous fait faire un petit numéro de voltige. Heureusement, Sho, tel un superman mieux fringué, me rattrappe au vol et je retrouve le plancher des vaches sans trop de mal. Par contre je crois que je vais rendre mon petit-déjeuner +_+.

Par un autre miracle, Superman-mieux-fringué-number-two terrasse le monstre. Au moment où je pousse un soupir de soulagement, l'horreur continue et la bestiole semble vouloir changer de peau.

Cain> Zombie de merde...

Tiens la migraine semble contagieuse ^^". Akira je crois qu'il serait temps de faire marcher un peu le cerveau là. Déjà, tournée d'aspirine pour tout le monde. J'envoie Doly qui fait rapidement le tour des Errants et leur donne quelque chose pour le mal de tête même s'il doute visiblement de son efficacité et fait plus cela pour me rassurer qu'autre chose ^^". Par contre en ce qui concerne Cain, il lui donne l'aspirine plus quelque chose d'autre qui ressemble à un crottin d'écureuil, beurk...

Bien. Alors maintenant. On. Réfléchit. Calmement.

Zombie semble ne guère apprécier qu'on lui tape dessus et se régénère à chaque fois. Ca me rappelle quelque chose...

Mmmh...

*tilt*

Mais oui! Dans les jeux vidéos, quand on est face à un mort-vivant il n'y a que les sorts de soin qui peuvent le tuer!

Hic majeur de cette brillante découverte: qui c'est qui sait faire les soins ici? ^^"

Prenant mon courage à deux mains, je fonce en fermant les yeux sur la grosse bête et en poussant un cri de guerre. J'arrive indemne, encore un miracle! je dois avoir un ange gardien exceptionnel, jusqu'à la créature et déclanche mon pouvoir aussitôt que j'entre en contact avec elle. Il y a un temps d'arrêt dans les deux camps.

Zamibaru> Mais il est complètement malade!!! ABRUTI!!! T'ES DANS QUEL CAMP???!!!

Je relève un visage crispé sur la créature avant de valser dans les airs et de me prendre une boule d'air en pleine poire. J'atterris brutalement sur le sol et reçoit un koala sur le ventre qui réussit à empêcher un babouin complètement hors de lui de me passer à tabac. Zamibaru éloigné, Doly me flanque la plus magistrale paire de baffe de toute ma vie.

Doly> Mais qu'est-ce qui t'as pris d'aller guérir cette saleté?!

Et là, je me met à pleurnicher. J'aurais mieux fait de rester couché. Alors que je tente de retrouver mon souffle pour expliquer mon geste à un koala furax déjà en train de me déssapper et de m'étaler une crème violette sur le torse, un des combattant s'approche, la jambe ensanglantée. D'un geste machinal je le guéris avant d'être interrompu par Doly qui saute presque au visage du pauvre voyageur. Un goût métallique m'envahit soudainement la bouche et je crache une flaque de sang.

Doly> Dégage! Dégage! Il ne doit soigner personne tant qu'il est blessé! Z'AVEZ COMPRIS?!

Hurle-t-il à l'intention du reste du groupe. Son regard se reporte sur moi et il m'enfonce brusquement au fond de la gorge une boule d'herbes qui me laisse aphone quelques minutes. Je me sens d'un coup beaucoup mieux et réussit à me mettre en position assise. Je regarde d'un air hagard autour de moi et remarque qu'on m'a trainé dans un coin plus calme de la clairière. Doly me tate puis se tourne vers le groupe qui continue de se battre.

Doly> L'infirmerie est de nouveau ouverte!!!

Décidément je l'ai jamais vu aussi... "actif". Il va lui falloir des mois pour qu'il se remette de toute cette énergie dépensée!

Attendant les prochains blessés, mon koala me fixe d'un regard perçant.

Doly> Je peux savoir ce qui t'as pris?
Moi> Ca marche toujours dans les jeux vidéos T_T...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyssa

avatar

Nombre de messages : 20
Gardien : Eve
Date d'inscription : 09/02/2006

MessageSujet: Re: Chapitre 5 : Le vol...   Lun 27 Mar 2006 - 0:26

Alyssa s'assit avec soulagement dans l'avion. On ne remarquait vraiment l'utilité d'un fauteuil que lorsqu'on ne tenait plus sur ses jambes. Elle déposa Ève sur la petite table devant elle et casa avec difficulté sa mallette sur le siège à côté d'elle.

Alyssa ne se sentait pas très bien, elle était entourée de gens qu'elle ne connaissait pas et elle ne savait pas comment les aborder. C'était moins dur avec les enfants, les enfants ne se méfient pas des gens qui leur sourient.

« Vas y met toi là!
-Mais...
-Fait ce que je te dis! »

Deux jeunes hommes s'installèrent sur la banquette en face d'elle. L'un portait un koala assoupit et lui sourit brièvement avant de jeter un regard noir à son compagnon et d'entreprendre d'imiter son familier. L'autre garçon lui fit un grand sourire. Il était grand et élancé, ses cheveux bruns lui tombaient dans les yeux avec style et il avait un sourire avenant.

« Salut ! Je me présente, Sho Takezawa, elle c'est Deb et le duo là c'est Akira et Dolly. Ils dorment tout le temps, fait pas attention. Ravi de faire ta connaissance.
-Moi de même Monsieur Takezawa. Je m'appelle Allyssa Sears. »

Sho allait répliqué par le fameux "Allons, pas de monsieur avec moi, Sho tout court suffira" quand la femme blonde au faucon l'interrompit.

« Ça me travaille depuis que je l'ai entendu pour la première fois. Ton nom c'est bien Sears comme Timothy Sears ?
-Il s'agit de mon père opina Alyssa.
-Le Président de Sears Fundation ?
-Vous connaissez ?
-Qui ne connaît pas ? La fameuse Sears Fundation, la multinationale qui vous détruit un éco système le matin et qui offre un hôpital le soir pour avoir bonne conscience.
-Ce n'est pas bien ? Demanda Alyssa.
-Je trouve que c'est acheter les gens en exploitant leur malheur!
-Peut-être... Mais c'est mieux que si on ne versait pas d'argent non ? Je sais déjà que 25% des dividendes de mes actions et de celles de mon frère et de ma soeur vont à des oeuvres de charité.
-De tes actions ?
-Comme mon frère et ma soeur, j'ai 10% des parts de la société. Alyssa fit comme si elle n'avait pas entendu le gargouillement étouffé et poursuivit. Mais même le conseil d'administration a adopté cette politique.
-De toute façon, il paraît que la générosité de Timothy serait dû à la maladie de sa fille... »

La jeune femme sentit qu'elle avait dû aller trop loin car elle s'arrêta tout de seule. Alyssa prétexta une coiffure des cheveux de sa poupée pour détourner le regard.

« En fait, père a toujours été généreux fit elle. »

L'ambiance s'était refroidie d'un coup. Mais l'ambiance comptait sans la ténacité d'un Sho Takezawa.

« Sinon Alyssa, tu permets que je t'appelle Alyssa? Ce n'est pas la première fois que tu parts dans ce genre de missions?
-Non, je l'ai déjà fait souvent. Ève possède de très bon pouvoirs de soutien souvent utiles.
-Ève c'est ta poupée ?
-Oui
-C'est ton familier ?
-Bien sûr intervint la poupée avant qu'Alyssa ne lui ressorte ses histoires d'anges.
-C'est bizarre, je croyais que les familiers étaient des animaux.
-Oh, Ève est un animal. Elle est dans la poupée, c'est tout.
-Et c'est quel genre d'animal? Si ce n'est pas indiscret ?
-Ce n'est pas un secret, Ève est... »

Mais Alyssa n'eut pas le temps de finir sa phrase car quelque chose lui atterrit sur la tête. Une longue queue lui fouetta le visage puis le poids sur son crâne disparut quand l'animal sauta sur la table. Alyssa ne savait pas de quel genre d'animal il s'agissait, elle n'en avait jamais vu de semblables. Il avait un pelage soyeux terriblement beau en tout cas.

« Alors comme ça, t'es dans la poupée ? Fit-il. T'es quel genre de bestiole ?
-Je ne réponds pas aux malpolis se renfrogna Ève.
-M'appelle Yago, enchanté débita l'animal. Bon, maintenant que c'est fait, t'es quoi ? »

Alyssa tendis la main pour caresser l'animal. C'était incroyable comme on avait envie de passer sa main dans ce pelage. La queue du familier lui tapa la main comme un rappel.

« Tss siffla-t-il. Pas touche à la bête ma petite demoiselle.
-Excusez moi...
-Pas grave.
-Monsieur Yago...
-Yago tout court.
-Euh... Veuillez pardonnez mon ignorance mais à quelle espèce appartenez vous ?
-Je suis une zibeline. »

Alyssa afficha un petit sourire d'incompréhension polie.

« Une martre d'asie si tu préfères. »

La jeune fille secoua doucement la tête, ça ne lui disait rien. Yago leva les yeux au ciel.

« L'inculture des jeunes est un grave fléau de plus en plus répandu. Je suis un mustélidé, comme une fouine ou une belette. »

Alyssa sourit. Une belette, elle voyait ce que c'était, elle en avait vu des images sur un livre.

Soudain, l'albinos arriva à leur hauteur. L'humaine de Yago avait un comportement très étrange et à vrai dire effrayant. Elle se trouva à deux doigt d'ouvrir le feu sur son propre familier! Heureusement, celui-ci devait avoir l'habitude de ce genre de situation car il s'en sortit sans dommage.

« Jolie, mais un peu effrayante n'est-ce pas ? Lui chuchota Sho
-Oui...
-Tu n'as pas l'air bien Alyssa. Tu es toute pale.
-Ah ? C'est le voyage qui a du me fatiguer. Je vais me reposer avant notre arrivée. »

La jeune fille s'installa plus confortablement et entreprit de s'endormir. Avant de sombrer, elle pu distinguer Ève qui, tel une sentinelle, s'était assise sur la table de manière à surveiller les alentours.

oOo


L'arrivée fut plutôt clame et le cadre était franchement enchanteur. Cependant Alyssa ne se préoccupait que d'une seule chose, parvenir à destination. La distance était courte pour qui avait une constitution un tant soit peu normale, mais pour Alyssa, parcourir ces quelques mètres sans s'effondrer relevait de l'exploit.

Arrivée au laboratoire, elle n'écouta pas grand chose, en grande partie parce qu'elle n'entendait que les tambourinements de son coeur à ses oreilles. Elle comprit vaguement que le groupe se scindait en deux. Elle aurait bien suivit celui qui allait fouiller le laboratoire, mais elle savait que son rôle était de soutenir les autres. A contre coeur, et tentant vainement de ne pas écouter les protestations de son corps, la jeune fille emboîta le pas au groupe de poursuite.

Elle se fit rapidement distancée mais heureusement la groupe était facile à suivre rein qu'à l'oreille. Quand Alyssa parvint à la clairière, les monstres hybrides qui s'en étaient pris au groupe avait presque déjà été exterminés.

« Bande de bourrins commenta Ève. »

Alyssa opina et posa sa mallette. Il était temps de faire ce pourquoi elle était là.

« Qui vas tu utiliser? lui demanda son familier.
-Et bien... Je pense que pour occire des monstres, rien ne vaut un paladin. »

La jeune fille tira délicatement une poupée de son carcan de velours et la posa délicatement sur le sol herbeux. Ce n'était pas une belle poupée. A vrai dire, on aurait pu sans trop de problème la confondre avec un tas de boîtes de conserve vides abandonné dans une décharge. Alyssa tendit la main au dessus de la marionnette et lança le pouvoir. Le pantin vibra, puis lentement se redressa. On aurait du une armure aux pièces mal agencées. De ses deux mains, elle tentait vainement de manier une épée deux fois plus haute, et sans doute trois fois plus lourde, qu'elle.

Les derniers monstres éliminés, le groupe parti au pas de course. Il faudra vraiment que je leur explique que je ne peux pas suivre cette allure songea Alyssa en les suivant à son rythme, c'est à dire lentement.

Quand elle les rejoignit enfin, ils se battaient avec un monstre énorme. On aurait dit qu'un savant fou avait mélangé les génomes de tous les animaux qu'il avait sous la main, juste histoire de voir le résultat. La chose avait des cornes de taureau, des sabot de bouc, une queue qui ressemblait furieusement à celle d'un lézard, des crocs de lions et des griffes qui ressemblaient plus à des serres qu'à autre chose. Mais le pire, c'était la tête... On pouvait encore y distinguer des vestiges d'humanités. Le monstre se battait comme... comme un monstre et le groupe peinait à repousser ses assauts.

Un moment dopés par la présence de la poupée d'Alyssa, ils parvinrent à le faire reculer un peu, mais la bête régénérait ses blessures quasi instantanément et semblait plus enragée à chaque coup reçu.

Alyssa s'approcha d'Akira et de Dolly. Le jeune homme était assis sur l'herbe, le teint pâle. Il sursauta quand Alyssa lui posa la main sur l'épaule.

« Vous allez bien ? S'enquit la jeune fille.
-Ca va à peut prêt. Dolly m'a soigné ! T'as fait ça comment au fait ?
-J'ai sans doute utilisé une potion maugréa le koala. »

Alyssa l'abandonna et focalisa son attention sur l'action. Ils devraient fuir, mais la bête les rattraperait sûrement.

« Ève, prépare toi.
-Alyssa ? Ma chérie, tu es trop fatiguée pour faire ça.
-Tu as peur de devoir tenir ta promesse ?
-C'est pas ça mais...
-Nous devons les aider Ève. »

Le familier renonça. Alyssa se concentra et relâcha le pouvoir. A quelques mètres devant elle, le petit pantin s'affaissa.

« C'est pas très impressionnant commença Akira. »

Il y eut une colonne de lumière et les pièces du petit chevalier voltigèrent avant de disparaître dans le pilier lumineux. Quand la lumière aveuglante eut perdu de son éclat, les témoins purent apercevoir un chevalier. C'était un immense chevalier en armure de plates complètes, le soleil embrasait son armure polie, de senextre, il portait un immense pavois et de dextre, il serrait une immense flamberge.

Sur un petit mouvement du doigt d'Alyssa, la marionnette chargea le monstre. L'impact fut terrible et la les deux titans se heurtèrent avec force. Le paladin arriva à passer plusieurs coups qui laissèrent de profondes blessures. Malheureusement, celles-ci se refermaient à la vitesse de l'éclair.

« C'est géant ! S'exclama Caïn. Tu vas te le faire. Fait nous de la place, on va te donner un coup de main.
-Non, souffla Alyssa. Je ne tiendrais pas longtemps, il vaut mieux fuir. »

A ce moment, le chevalier encaissa un coup incroyable. Dans d'autres conditions, Alyssa aurait pu tenir, mais elle était trop fatiguée. Le pantin valdingua dans les airs. Avant qu'il ne touche le sol, il était redevenu le petit chevalier haut comme trois pommes. Il roula boula jusqu'à la valise. Alyssa le prit dans ses bras et le monstre rugit. Ce fut le signal de la retraite...

Alyssa elle, ne bougea pas. Elle n'y arrivait plus. Elle voyait le monstre charger et ses jambes refusaient de bouger. La peur la tétanisait.

« Ève, prépare toi à tenir ta promesse »

 "Os iustis meditabitur sapientiam,
Et lingua eius loquetur indicium.
Beatus vir qui suffert tentationem.
Quoniam cum probates fuerit accipient coronam vitae.
Kyrie, ignis divine, eleison.
O quam sancta, quam serena, quam benigna, quam amonea
O castitatis lilium."


Alyssa se laissa tomber contre le dossier de son lit. Il faisait nuit, la lune entrait par la fenêtre ouverte.

« Tu sais qu'il est parfaitement ridicule de chanter pour me faire venir ? »

C'était l'ange, assis sur le bord de la fenêtre qui venait de parler.
La jeune fille sourit
« Oui, mais vous êtes venue. »

L'ange ne répondit rien.

« Ange, repris la jeune fille. Saviez vous que mes parents on engager quelqu'un pour s'occuper de moi ? Je ne leur en veut pas, je sais que je suis un poids mort mais je n'ai pas envie d'ennuyer les autres. »

L'ange ne parlait toujours pas.

« Alors je me demandai... quand allez vous tenir vote promesse?
-Quelle promesse ?
-Vous n'avez pas oubliez ? Celle que vous m'avez faite la première fois que vous êtes venue...
-Ah, celle là ? Tu y tiens donc tant que ça ?
-Oui...
-Ne t'en fais pas, quand le moment sera venu je


Alyssa se prépara à faire face, et puis arrêta. Après tout pourquoi lutter ? Pourquoi souffrir ? La jeune fille sourit, écarta les bras, ferma les yeux et avala une dernière bouffée d'air. Malgré l'odeur du feu, ça sentait bon le pin et les fleurs.

Il y eu un choc sourd. Quand Alyssa rouvrit les yeux, quelqu'un la tenait sous son bras, comme un sac. C'est vrai songea-t-elle, elle devait être très légère à force de ne pas manger. Puis la fatigue aidant, elle sombra dans l'inconscience. Juste avant de fermer les yeux, elle vit Ève voleter à ses côtés, la mallette de sa maîtresse à la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leonardo

avatar

Nombre de messages : 30
Gardien : King ( king cobra )
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Chapitre 5 : Le vol...   Sam 8 Avr 2006 - 2:08

Après les hommes-bêtes, la suite du programme. Quel festival.

Oui, la situation se corse, mais je m’y attendais, ce n’est pas pour rien si plusieurs voyageurs et errants on été réunis pour cette mission.

Par contre, je ne m’attendais pas à rencontrer cette … chose. Une chimère. Alors ça.

Je fais la moue : bon, première réaction quand on croise un monstre surpuissant, on jauge sa puissance sans foncer dans le tas.

De fait, j’observe le premier assaut totalement vain de mes alliés, lesquels valdinguent joyeusement dans les airs les uns après les autres. Une autre façon de s’envoyer en l’air.

Tiens donc …

Je n’y aurais pas pensé.

Je me gratte le menton suite à la tentative vaine mais intéressante d’Akira.

- ça marche toujours dans les jeux vidéos ...

Se plaint-il.

- c’est vrai ça, d’habitude ça marche. En quoi il est fait ce monstre …

Akira me regarde alors, sans doute content que quelqu’un l’approuve, mais les autres semblent se demander si je ne serais pas tombé sur la tête. Ce n’est tout de même pas moi qui joue les fétus de paille, les polochons dans une bataille de … polochons.

Il est temps d’appliquer ces quelques instants d’observation :

- restez toujours hors de portée de ses coups, il est résistant mais il se déplace lentement, ce qui n’est pas étonnant, vue sa masse. Misez sur les attaques éclair.

Sur ce, je me lance à mon tour dans le combat, harcelant le plus possible la chimère, frappant et reculant si vite qu’il ne peut m’atteindre à aucun moment, ce qui permet à des alliés comme Cain d’infliger des blessures conséquentes au monstre.

- hum, il est coriace le bougre.

Plus que coriace même, il a une faculté dé régénération monstrueuse, ce qui va bien à un monstre. Je suis quand même mal placé pour penser ça. Ceci pensé donc, mon père l’aurait aimé, sans nul doute. Seul comptait l’efficacité pour lui. Moi je l’aimerais bien aussi ce monstre, en bouillie. Je suis sur qu’à la longue j’aurais fini par épuiser sa capacité de récupération, mais les autres fatigueront bien avant, et il va y avoir des morts …

Je commence à me demander si un repli tactique ne serait pas le bienvenu quand une demi portion entre dans la bataille, et se sert d’un familier contre la chimère. Le familier, appelé "pet" dans le langage des initiés, est un paladin massif vêtu logiquement d’une armure en ferraille lourde et armé d’une grosse épée, quasiment l’idéal pour encaisser beaucoup de dégâts avant de chuter, un "tank". En principe, ce tank doit nous permettre de tuer le monstre pendant que ce dernier s’acharne sur lui, hélas nous sommes incapables d’en venir à bout.

*soupir*

Si j’avais le niveau de maîtrise suffisant de mon pouvoir, j’aurais deux façons de détruire cette vermine, mais ce n’est pas encore le cas, et ça ne le sera jamais si nous restons là …

J’en suis là de mes déductions en effectuant une dernière attaque qui aurait arraché la tête d’une brute ordinaire, mais qui brise "seulement" l’une des mâchoires du monstre, et pas longtemps, quand le pet est terrassé par la chimère.

- RUN !

Ca c’est le signal de la retraite, c’est court, clair et concis, j’espère que les autres vont m’écouter. Je donne l’exemple en reculant vivement face au monstre rugissant, et ils m’imitent tous. Non, presque tous. J’avise la demi portion qui contrôlait le pet et qui semble tétanisée par la peur. Quel bonheur de travailler avec des bleus …

- he toi petit, bouge, bouge !

Rien à faire, l’énergumène ne bronche pas, mais … il écarte les bras et ferme les yeux face au monstre qui le charge, allons bon, un suicidaire, et je suis hélas le seul en mesure d’empêcher que sa parodie de cervelle soit éparpillée dans toute la région … je n’hésite pas une seconde et m’élance, si ce crétin meurt, je vais m’appuyer un rapport détaillant la cause de sa mort en trois exemplaires. J’aime autant la paperasse que l’idée d’embrasser la chimère. Je saisis donc au passage la demi portion à bras-le-corps alors que les machoires du monstre claquent dans le vide de justesse et me replie aux cotés des autres alliés. C’est qu’il est léger le petit, quelle idée d’engager un gosse ... évanoui aussi. Tant mieux, il ne gesticulera pas comme ça.

- pfff, un serial killer, une psychopathe, un autiste et maintenant un suicidaire, heureusement que le reste de l’équipe est mieux loti. Ha non, unE suicidaire.

Action, réaction : cesser de porter la "pet master" par la poitrine. Même si elle est aussi jeune que le reste du corps, le doute n’est pas de mise. Et son espèce de poupée / gardien qui volette à coté … mais qu’importe.

Un coup d’œil derrière moi me confirme qu’on distance le monstre, mais certains d’entre nous sont au bord de l’épuisement, et je sens que leurs jambes ne les porteront guère plus longtemps, même sous l’aiguillon de la peur. Moi je n’ai pas peur, mais il faudrait que j’enrage, ça me donnerait peut-être assez de force pour …

Oui mais pour que je sorte de mes gonds, il faudrait que la chimère tue un ou deux alliés, et on va faire de notre mieux pour que ça n’arrive pas. Je regarde vers Cain qui râle en courant, fidèle à lui-même. Je l’aime bien lui, même s’il est ingrat. Après tout, on fait un bon travail d’équipe et lui ne voit que ce qui l’arrange, mais qu’importe. Au moins il est utile.

- Cain, tu as le pouvoir du feu alors …

- oui, mets le feu derrière nous !

Ca c’est Akira qui vient de formuler avant moi ma pensée. Quand on dit que les grands esprits se rencontrent … soit ce jeune cache bien son jeu, soit ça ne vole pas haut dans ma tête.

Mouais … je pourrais tiquer, mais je ne mets pas de droits d’auteur sur des idées, j’enchaîne :

- exactement, un barrage de feu ne le blessera pas, mais le ralentira le temps qu’on le sème !

Ce n'est pas le meilleur des plans, mais il devrait permettre qu'on survive tous le temps de trouver mieux.

Je l’aime bien Akira, peut-être parce qu’il est innocent. Enfin, à priori. Ca m’embêterait que le monstre le dévore. La loi du plus fort, ce n’est pas drôle pour les faibles. Donc pour Akira.

A priori.

Quant à Cain, va-t-il nous écouter ? Quel suspense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christiana
Admin
avatar

Nombre de messages : 151
Gardien : Myst (faucon)
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Chapitre 5 : Le vol...   Mer 19 Avr 2006 - 4:49

Je n'y comprends rien... Le programme fonctionnait très bien, sans anicroche, quand j'ai repéré une ligne du programme très curieuse... c'est quand j'ai voulu l'analyser que le laboratoire a pêté les plombs...

Après, ça a été le bazar total, le laboratoire tentant de nous exterminer par tous les moyens, allant jusqu'à nous envoyer de mini araignées particulièrement agressives et dotées de mandibules... scieuses... N'ayant que des capacités défensives, et étant complètement dépassée par la situation, je ne pense qu'à me protéger au maximum tandis que d'autres essaient tant bien que mal d'arranger les choses... Je suis vraiment pitoyable parfois...

Pendant que je m'affole inutilement en voyant l'agitation ambiante, la petite italienne provoque l'arrêt momentané de toutes les fonctions du laboratoire...
Myst : C'est malin, je ne suis pas une chouette moi =_=
- C'est pareil pour tout le monde...
Malheureusement, la pause n'est que momentanée, car voici que tout se rallume et les araignées reprennent leur manoeuvre d'encerclement.

Quand enfin je reprends mon calme et le contrôle de mes réactions, je constate qu'un jeune garçon - et le type qui était sur les écrans tout à l'heure =_= - nous a rejoint et tente maintenant de ralentir l'avancée de nos adversaires en utilisant une sorte de bouclier d'énergie...

Mais il semble faiblir...

Myst : Christiana !! Ce garçon utilise un bouclier d'énergie mais ce n'est pas la fonction première de sa magie !! Tu peux te servir de tes propres capacités de défense, elles sont faites pour !!
- Tu... tu crois ?
Myst : Puisque je te le dis =_=

Puisqu'il en a l'air aussi convaincu, je me concentre et visualise dans mon esprit toutes les araignées et les orifices d'où elles arrivent. Comme à chaque fois que je me concentre ainsi, je perds ma perception du monde extérieur, mais mes sens s'élargissent jusqu'à me faire ressentir la moindre vibration autour de moi.

Ayant localisé les divers endroits ou je dois appliquer mon pouvoir, je fais appel à mon énergie intérieure et me concentre sur mes cibles : le mal - les araignées - et son origine.

- Premier bouclier : protection !

Une sphère translucide à peine visible nous entoure, nous protégeant momentanément de toute attaque extérieure. Il était temps, le jeune garçon, épuisé, s'effondre.

- Second bouclier : rejet !!

Le second bouclier a pour fonction de repousser l'ennemi, en l'occurence ces araignées et de les enfermer toutes sur une surface réduite.

- Troisième bouclier : emprisonnement !

Cette fois, ce sont les orifices par lesquels sortent ces mécaniques qui sont bloqués. J'ai du mêler à ce bouclier ma magie des sceaux afin que cela dure le plus longtemps possible, un sceau étant plus efficace qu'un bouclier, mais plus complexe.

Enfin, le calme revient, toutes les araignées mécaniques sont rassemblées toutes dans un coin, incapables de faire le moindre mouvement...

- Tout le monde va bien ?
Gloria : Ouf, j'ai eu peur !!
Ezmaïel : J'ai vu la mort en face... @_@
Liam : Ne vous inquiétez pas, tout est revenu en ord...

Il n'aurait pas du dire ça, car à ce moment, les lumières chancellent avant de prendre une belle teinte rouge, tandis qu'une voix électronique résonne dans le laboratoire.

??? : Alerte, alerte niveau 1, tentative d'intrusion dans le laboratoire, détection de formes de vies non autorisées.

- Tentative d'intrusion ?

??? : Processus d'évacuation enclenché, veuillez quitter les lieux avant le verrouillage des portes dans 5:00 minutes.

Liam : Je ne comprends pas tout...
- Moi non plus, il semble que l'attaque vienne de l'extérieur et non de l'intérieur ??
Gloria : T___T on va être enfermés !!!
Myst : On est DEJA enfermés !!
Ezmaïel : Hé, venez voir ça !!

Nous nous rapprochons du jeune homme en blouse blanche lequel nous montre un des murs que les divers tirs et explosions que nous avons essuyés un moment avant ont complètement démoli. L'ouverture révèle un couloir éclairé par les même lueurs rouges que celles du laboratoire.

Ezmaïel : Vous croyez que c'est la sortie ?
Ershin : ...
Yago : On pert rien à essayer, plutôt ça que périr dans un coin aussi sordide !!
Chris : Je suis d'accord, on devrait essayer...
Liam : Bah, qui ne tente rien n'a rien !!

Je hausse les épaules et suit le policier qui vient de franchir courageusement le monticule de gravats pour pénétrer dans le passage.

- Hum, c'est balisé, je crois que c'est une sortie de secours...
Gloria : C'est vrai ??? *___*
- Je pense, oui ^^"

Pendant ce temps, la voix électronique nous rappelle que nous sommes en alerte et qu'il nous reste 4 minutes et 13 secondes pour déguerpir.

- C'est curieux tout de même...
Liam : Qu'est-ce qui est curieux ?
- Ce laboratoire a visiblement été dévasté par des ennemis plutôt puissants et organisés. Néanmoins, il disposait probablement de défenses suffisantes pour venir à bout d'une attaque directe... Alors pourquoi...
Myst : Tu as touché à une ligne du programme, tout à l'heure ?
- Non, j'ai... Ah, si !!
Ezmaïel : Kézaco ???
- Hé bien, quand j'ai exploré la programmation de l'ordinateur, j'ai repéré un bug d'un genre sommaire que j'ai supprimé sans y faire attention... Il est possible que...
Ershin : ... quelqu'un ait introduit ce bug sciemment pour figer la sécurité du laboratoire et permettre l'attaque.
- Heu, exactement ^^"

Cette fille est déroutante, vraiment. Elle marche juste à mes côtés sans expression, elle semble ne pas avoir peur, ni être sous une quelconque tension, mais si ça se trouve intérieurement elle n'en mène pas large... j'ai cru comprendre que c'était une errante un peu perturbée, il vaudrait mieux que je fasse attention...

- En fait, en plaçant un bug très simple dans un endroit clé du programme, on peut figer certaines fonctions sans pour autant bloquer tout le fonctionnement, et c'est quasiment indécelable... sauf quand il est trop tard. Et en désactivant le bug, j'ai réenclenché la sécurité, qui n'a pas apprécié ce qu'elle détectait dans le laboratoire ^^" Désolée...

Bon dieu, c'est rare que je parle autant à des gens qui me sont encore peu connus... Je ne sais pas si c'est une bonne chose ou une mauvaise chose, mais peu importe... Déjà, nous arrivons à ce qui semble être une sortie.

Liam pousse la porte et nous nous retrouvons dans la partie supérieure du laboratoire, pas très loin de l'entrée qui plus est. Je me rends compte que cette entrée est dissimulée derrière un relief représentant... heu... une sorte de caducée particulièrement réaliste et heu... moderne, un couple de serpents enroulés autour d'un corps humain dont les organes sont apparents. Beuh T_T

??? : Il vous reste 0 minutes et 55 secondes pour quitter les lieux, je répète...

Le gardien de Chris : C'est la cataaaaa !!!
Liam : Mais non, mais non, on y est presque.
Christian : Il serait temps !! C'était là qu'on était sensés se retrouver à l'origine...
- Mais figurez vous qu'on a eu d'autres priorités.
Christian : Je sais, je sais, je ne dis pas le contraire, j'en ai fait les frais !! Hein Pucà !

Mais dans la situation actuelle, pas le temps d'écouter la réponse d'un raton laveur, mieux vaut évacuer les lieux le plus vite possible, ce que nous faissons dans un ordre relatif, nous retrouvant finalement tous dehors à la dernière seconde, alors que des rideaux de fer s'abaissent brutalement derrière nous. Il me faut quand même tirer in extrémis le jeune... heu... Irakien complètement à l'ouest avant qu'il ne se fasse broyer. Le type valdingue un peu plus loin et je m'effondre sur le talus le plus proche.

- Pfffouuu !! Enfin tirés d'affaire !!
Gloria : Je ne crois pas T___T
- Quoi encore...

Je regarde dans la direction qu'elle me montre d'une main tremblante, et pousse malgré moi un juron en apperçevant les hybrides qui nous considèrent d'un air menaçant. Ils ont l'air plus évolués que la dernière foi, en cela qu'ils sont moins grotesques que ceux que l'on a déjà croisés... cette fois ci, ce sont des hybrides de prédateurs. Tous. Et ils ont l'air sur les dents...

---------------------------------------------------
Consignes : Vous cassez de l'hybride jusqu'à ce que je me décide à poster sous Caïn ou Zion si je l'inscris d'ici là... Comme précedement, les hybrides, quoique brutaux et méchants, sont aussi dépourvus du moindre sens commun et sont faciles à tromper. Bref, ce sont des sans cervelle, et moyennement forts si l'on dispose d'une bonne force de frappe XD


Dernière édition par le Mar 25 Avr 2006 - 0:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 27
Gardien : Dryan (colibri bleu)
Date d'inscription : 21/03/2006

MessageSujet: Re: Chapitre 5 : Le vol...   Lun 24 Avr 2006 - 14:43

Vide. Tout me semble vide… JE me sens vide. Mes forces me quittent. Je ne peux plus tenir, pourtant il faut ! Je dois me limiter à me concentrer sur les araignées, tout autre chose me paraît trop fatigante. Dryan avait bel et bien raison : cette tache était crevante. Au début cela paraît facile mais très vite, la tache se révèle plus ardue. C’est à ce moment que je lâche, moment à partir duquel cet effort devient trop dur. Je me laisse aller et je m’effondre, coupé du monde. Juste avant de m’effondrer j’emporte avec moi l’image d’une bulle nous protégeant, ça y est, ils ont réagit. Je tente de me retourner pour voir qui est l’auteur de cet événement mais je ne peux pas. J’espère qu’ils vont gagner…

Clément : Eh ! Les gars ce film a déchiré vous trouvez pas ?
Moi : Ouaip ! On a eu du pop-corn mais c’était quand même limite !
Thomas : On en a quand même eu alors on se plains pas ! Bon qu’est-ce qu’on fait maintenant ? On va pas partir direct chez moi !
Moi : Bah on a pris nos roller, autant s’en servir non ? *__*
BenJ : Absolument ^^ Une course jusqu’à chez thomas ?
Clément : Mais je ne sais pas où il habite !
BenJ : Tu n’aura qu’à me suivre puisque tu n’admirera jamais rien d’autre que mon derrière !
Clément : Pff… Tu parles. C’est plutôt toi qui verras pas le mien parce que j’irai trop vite ouais !
Thomas : T’inquiète pas c’est assez simple. Tu tourne une fois a droite une fois à gauche et c’est tout droit.
Moi : Bon on se lance ou on fais un parcours fléché à Clément ?


Je ne saurais dire combien de temps s’est écoulé. Je n’ai pas du rester inconscient longtemps car à mon réveil nous somme toujours dans la même salle, même disposition, les araignées vaincues par K.O. Je dirai que ça n’a duré que quelques secondes. Personne ne semble avoir remarquer ma faiblesse alors je me relève non sans mal. Il semble que pour compenser ma rapidité à me réveiller mon cerveau me condamne à être entre deux mondes. Je suis plus ou moins conscient de ce qu’il se passe mais ça me demande de gros efforts de concentration sans parler de ma vision : tout est flou au possible. Je distingue néanmoins les formes. C’est toujours ça de pris. Une partie de moi semble irrémédiablement ailleurs jusqu’à ce que je prenne une bonne dose de sommeil agrémentée de quelques rêves. Cependant, je réalise qu’une « porte » a été crée. Elle n’a pas les dimensions rectangulaires que j’aime tant mais je pense que ça nous suffira.

Alors que je réalise cela, une alerte se déclenche.

??? : Alerte, alert… … 1, tenta.. ive d'intr … ion dans le labo… , détec … ion … formes d …ies …on autori… ées.

Je suis vraiment dans un état de somnolence semi-comateux ce n’est pas possible… Enfin, je vais tenter de suivre le mouvement. Si mouvement il y a ! Car c’est le moment qu’une tache blanche choisit afin de soulever une question intéressante que je me serai posé mais vu l’état dans lequel j’étais… Je reconnais sa voix, c’est celle du jeune homme qui a fait la remarque quant au système de reconduction électrique du laboratoire. La tache blanche de mon champ de vision me revient alors comme étant une blouse blanche. Ca doit être un étudiant ou un professeur… ( ndla : entre deux monstres faudrait trouver un moment pour les présentations oki ? Parce que vous avez mon nom mais mon perso connaît pas encore les votres… )

Jeune homme à la blouse : Vous croyez que c’est la sortie ?

C’est vrai ça, qu’est-ce qui nous dit que c’est la sortie ? Il s’agit tout de même de la seule ouverture possible.

J’essaie tant bien que mal de formuler une réponse…

Moi : Je suis d’accord, on devrait essayer…

Le résultat me semble correct. Reste à savoir s’il était compréhensible des autres >.< Cette fois il semble vraiment y avoir mouvement, je tente de suivre le groupe mais je me concentre sur le fait de rester debout. Mon gardien n’a rien à voir avec tous ces tigres loups et autre qui pourraient aisément me porter, mais à défaut, mon gardien à moi me demande si je vais bien.

Dryan : Ca va ? Tu tiens le choc ? Je t’avais dit que c’était fatigant, néanmoins grâce à toi certains on eu le temps nécessaire pour se ressaisir et mater toutes ces saletés ^__^
Moi : …
Dryan : T’as raison, va… Te fait pas d’bile. Essayons de pas se faire lâcher.

Mon état s’améliore, du moins assez pour entendre qu’il ne nous reste que 55 secondes pour quitter les lieux ! Je fais signe à mon gardien de réagir avec son tact naturel si possible (ça se limite à un mouvement brusque de la tête mais le message passe.)

Dryan : C’est la cataaaaa !!
??? : mais non, mais non, on y est presque.
Christian : c’est là qu’on était sensé se retrouver à l’origine.
Jeune femme au faucon : Mais figurez-vous qu'on a eu d'autres priorités.
Christian : Je sais, je sais, je ne dis pas le contraire, j'en ai fait les frais !! Hein Pucà !

A ce moment tout s’accélère, du moins pour ma tête complètement HS. Voyant que j’ai quelques difficultés suite à mes efforts, quelqu’un me tire. C’était tellement brusque que je ne voyait même plus flou, pour le coup je ne voyait plus du tout. Je ne vois pas la tête de mon sauveur car le bruit d’un rideau de fer qui s’abat résonne dans ma tête me mettant à terre. Cette fois c’est bon, je m’abandonne à l’obscurité des tréfonds du monde des rêves. J’aperçois avant cela une troupe de.. De monstres ! Et l’air contrarié des mes nouveaux alliés… Les deux n’allant jamais de paire dans les situations fictives de film, je doute que j’aie choisi le meilleur moment pour tomber dans les vapes.

*********************

A mon réveil le combat n’est pas terminé… Je vois cette jeune femme au faucon nous protéger d'une bulle et enfermer d'autre monstres. Elle, elle semble mieux tenir le choc que moi.nous somme attaquer par des monstres dignes de jeux vidéo sauf que cette fois je doute que nous ayons plusieurs vies et je ne sais même pas comment me défendre.

Moi : Dry.. Dryan...
Dryan : Oui?
Moi : Que se passe-t-il?
Dryan : Bah pour résumé la situation je dirai que nous sommes attaqués par des hybrides, que tu es tombé dans les pommes, et que la situation ne me semble pas fameuse. Cette femme là-bas, aux faucon, c'est Christianna et elle semble mieux adaptée à la défense... C'est elle qui nous a sorti d'affaire avec les saletés mécaniques en les bloquant dans une petite bulle. Seulement pour bloquer ces monstres, ca va être une autre histoire. Tu comprends pourquoi ils ont fait appel à vous maintenant et pas à n'importe qui?
Moi : J'ai vu ça! Christianna tu dis.... Je sais que ça n'est sans doute pas le moment pour avoir ce genre de converse mais s'ils sont si puissants que ça ces princes, pourquoi ne règlent-ils pas ça eux même? C'est une affaire comme une autre, non? Un problème, ils sont là pour le règler.
Dryan: tu as raison mon vieux, ce n'est las le moment. Tu t'sens assez fort pour essayer de les aider?
Moi: Si c'est pour terminer comme ça encore non merci!
Dryan : Non ne t'inquiète pas, il s'agit là de magie plus banal. Juste des boules d'énergies.
Moi : Comme à l'entrainement sur Terre?
Dryan : Comme à l'entrainement sur Terre !
Moi : Alors ça devrait allez. Mais mieux vaut éviter de forcer, on ignore encore les effet que ça impliquera sur les monstres...
Dryan : Oui, c'est vrai.
??? : Regardez le gamin! Il se réveille! (ndla: je sais que je vais être lourd mais... je rappelle qu'il faudrait une pause entres les aventuriers pour qu'on fasse connaissance... j'ai des idées derrière mes répliques aux ??? quant à l'auteur de chacun mais si quelqu'un en particulier veut se l'approprier c'est lui qui voit!)
??? : Pas trop tôt! Pfff... Et ça nous propose son aide? (ndla : c'est yago ... désolé si ça fait trop aggressif ^^)
??? : Concentrez-vous sur les monstres, il faut en abattre le plus possible en espérant que les autres se ramènent! Il en pleut de partout.
???: Oui ! Gamin tu aurait pas un p'tit talent offensif? Histoire d'en dégommer quelques uns?
moi : Euh, bah ouais je peux toujours essayer...

Ils sont tous entrain de faire quelque chose. On ressens une stratégie de groupe. Pendant que christiana en bloque quelques uns, cette fille aux cheveux blancs les détruit. Quelle efficacité ! Je me lance alors à mon tour dans le combat... A ma gauche un jeune homme à l'allure délirante (coupe de cheveux très spéciale) semble avoir du mal, il allait sans doute lancer une attaque mais une bête chute au sol empêche cette dernière.

???: Y a qu'à moi que ca arrive ! -_-
moi : Je peux vous aider à vous relever?
???: Oui, merci petit!
Moi : J'vous en pris.
Ethan : ... .

Rassemblant l'énergie rapidement, j'entame une séquance de tir. Un bras en moins par-ci, une tête par-là... la tête! Mais oui! Il faut viser la tête! Ca au moins ça les arrête! Le problème est qu'il en reste une bonne quantité, même la perte d'un bras ou d'une jambe ne les affectent pas énormément et pour viser la tête... Sans la bulle de protection de cette Christiana nous aurions quelques difficultés en plus. Enfin... Ces monstres n'ont pas l'air futés et ne semblent pas trouvé la faille! On est à l'abri et comme les monstres sont de moins en moins nombreux, la jeune femme au faucon semble lever le bouclier général pour insister sur plus de monstres appart afin de mieux les enfermer. Il y a aussi cet homme, beau chapeau melon! Il me rappelle celui de mon grand père ^^ Il a l'air concentrer sur un monstre. Ce dernier semble être un peu perdu. Une fois qu'il en a fini avec celui-là il file sur un autre, gardant son air impassible alors que cette fille aux cheveux blanc semblent se déchainer, pourtant elle a l'air si calme et gentille. Toute cette stratégie a du se mettre en place lors de mon, euh.. repos!

Mais pas le temps d'observer, je continue sur ma lancé, tuant 2 ou 3 monstres. Et même si c'est dernier semblent nous vouloir du mal, je les tue quand même... Je ressens quelques remords mais Dryan m'encourage de plus belle. Je décide de charger un peu plus ma prochaine boule d'énergie et l'effet est plutôt plaisant : l'hybride fait un magnifique vol plané suivit d'un roulé-boulé.

Les monstres apparaissent, mais leur nombre diminue... Nous sommes en position de force et nous vaincrons! Du moins, j'espère.

_________________
Au-delà du ciel et des étoiles. Libre. Aucun compte à rendre.


Dernière édition par le Jeu 4 Mai 2006 - 3:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nina

avatar

Nombre de messages : 33
Gardien : Rio
Date d'inscription : 17/09/2005

MessageSujet: Re: Chapitre 5 : Le vol...   Mer 26 Avr 2006 - 14:31

[Excusez si quelqu'un m'a pnjisé mais pour les besoins de mon esprit torturé je préfère ne pas en prendre compte au risque d'encore mettre un délai à ce poste déjà tardif]

** Flash Back **

Le retour sur terre avait été rude, je me suis sans cesse disputé avec mes parents, en effet j'ai passé encore plus de temps avec Romy à l'hôpital, bien sûr, elle dort encore, mais moi je sais qu'elle est toujours vivante... ailleurs... Je sais qu'elle est là alors je peux serrer sa main pâle et maigre dans la mienne avec un sourire. Comme d'habitude je salue les infirmières, change les fleurs dans le vase et remonte le drap.

Comme d'habitude.

Mais ce n'est pas vraiment comme d'habitude.

Déjà il y a cet espèce de canari qui continue à me tourner autour, il ne sait donc pas que j'aime le SILENCE ! Mais non, lui il cause, il cause, le meilleur c'est qu'il cause tout seul ^^"

Rio : Cuuuuuuuiiiiiiii ! Nina Mac Arran cui ! Tu ne m'écoutes pas cuiiiiiiiii !
- Non.
Rio : Je suis mal aimé, cui Sad
- Tu parles trop.
Rio : Mais non ! Cui ! Je m'exprime enfin cuiiiii ! Tu vois, tu ne me comprends même pas cui Sad Pourtant je sais que tu m'aaaaaaaaiiiiiiiimmmmmeeees cuiiiiiiiiiii !!!!!

Dit il en se collant à ma joue. Je le repousse d'une main et le garde dans ma main, prenant le risque de l'étouffer.

- Aimer ne signifie pas bavasser.
Rio : cui, il est certain que les monophrase sont ta spécialité.

Il me jette un dernier "cui" dédaigneux et s'envole à l'autre bout de la chambre, il est véxé, tant pis pour lui. Il a déjà de la chance que je n'ai aps sérré trop fort.

On frappe à la porte, je vais ouvrir en sachant par avance qui il y a derrière. J'ai le don de double vue... Mais là il ne s'agit pas de ça.

- Bonjour Michael.

Il me sourit et me fait deux bises, puis il va vers Romilly...

Michael : rien de nouveau ?
- Non, pourquoi yaurait il quelque chose de nouveau ?

Je suis agressive, je le sais.

Michael : Tu as raison... mais tu sembles... différente... alors...

Ma soeur reste ma soeur.

- Peut être parce que je le suis.

Mais lui ne m'est rien, si, peut être un beau frère en puissance. Enfin si ma soeur se réveille... Et à ce que j'ai compris c'est pas pour tout de suite et elle même est plutôt contente là où elle est. Remarque j'y étais pas mal aussi quand j'y étais. Il y a des moyens plus efficace de se débarrasser des géneurs.

Michael : Oui... même avec moi tu as changée...
- J'ai découvert certaines choses... qui ne m'ont pas plu. Je suis libre de mon jugement il me semble ?
Michael : Oui... je vois... comment as tu trouvé ?
- Laisse tomber, j'ai aps envie d'en parler. Je vais me chercher un café.

Je sortis brutalement, suivit d'un Rio invisible aux yeux de Michael, et longeai sans but les couloirs interminablement blancs...

** Fin du Flash Back **

Maintenant c'était la bataille, une bataille ennuyeuse comme toutes les batailles, sa soeur s'était entichée de l'asiatique aux cheveux blancs et ne la quittait presque plus, Nina devait donc accepter cette compagnie en même temps que celles des autres membres de "l'équipe". Pour quelqu'un d'aussi peu sociable qu'elle c'était très dur, mais le pire était sans doute d'avoir un pouvoir aussi peu offensif... certes elle pouvait voir les mouvements avant qu'ils n'aient lieu mais c'était bien maigre comme avantage quand on a juste une épée et pas de force surnaturelle...

Romy se réfugiait dans sa boule à pic et Preciosa la guidait pour qu'elle vise les ennemis, mais il fallait avouer que ce n'était pas toujours au point...

Pour la éniéme fois elle prit son élan, tenant son épée à deux mains et fonçant droit devant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/yusuradreams/index.html
Zion

avatar

Nombre de messages : 2
Gardien : Astaroth (loup)
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Chapitre 5 : Le vol...   Ven 28 Avr 2006 - 18:07

Zion avait préféré ne pas trop se mouiller pendant le combat contre l'espèce de chimère mutante monstrueuse qui avait remplacé le "zombie". Il lui avait suffi d'un coup d'oeil pour se rendre compte que, de toute façon, contre un tel monstre, il ne faisait pas le poids, et c'était sans doute la même chose pour toute la malheureuse équipe qui tenta malgré tout le coup.

Evidement, le résultat ne se fit pas attendre, les kamikazes se firent ratatiner, les plus prudents se prirent des bleus aussi, et même Zion du parer quelques coups de la bestiole, qui prennait un malin plaisir à changer d'élément chaque fois qu'elle utilisait la magie.

L'arrivée d'une gamine haute comme trois pommes - c'était pas elle qui avait tellement d'importance aux yeux des princes, l'autre fois ? Bah, pas grave, ça change rien à la situation de le savoir - accompagnée d'une poupée et d'un pantin, sembla changer temporairement la donne quand le dit pantin paladin se métamorphosa en un chevalier digne de ce nom - un peu grand quand même - pour mettre la patée à cette chimère.

De fait, l'intervention de la gamine impressionna même Caïn, lequel semblait depuis quelques temps en proie à un mal inconnu. Il ne cessait de marmonner et de se masser les tempes, et ne mettait plus autant de hargne qu'auparavant au combat. Néanmoins, il reprit un peu de poil de la bête quand la fille intervint.

Cependant, quand la jeune fille suggéra de fuir plutôt que de lui donner un coup de main, Caïn retomba dans son état étrange.

Zion ne s'en serait pas vraiment formalisé, si le babouin, dont la face simiesque n'était d'ordinaire pas très expressive, sauf peut être pour exprimer la moquerie ou la hargne, exprimait à présent une forme d'inquiétude qui ne manqua pas d'alarmer le yakuza observateur.

- Quelque chose ne va pas, Zamibaru ?
Zamibru : Caïn ne va pas bien du tout, faut qu'on s'en aille, et vite.

Zion haussa les sourcils, perplexe. En effet, Caïn semblait ne pas aller bien, il était de moins en moins attentif à ce qui se passait autour de lui.

Caïn : Mal... j'ai mal... putain de fantômes... Saletés... mal...

A ce moment là, le paladin de la petite dresseuse de marionnettes encaissa un choc trop violent pour lui, et redevint une petite marionnette. Le monstre ayant perdu son adversaire, il reporta son attention sur la petite fille, laquelle ne faisait pas un geste pour se protéger de quelque façon que ce soit, en dépit des appels de sa poupée (qu'y avait-il là dedans ? un singe ?).

C'est alors que, tout en hurlant le signal de retraite, Leonardo embarqua la gamine et partit au pas de course, suivi ou précédé des autres membres de la malheureuse équipe. Zion vit que Caïn, qui malgré sa migraine et son attitude étrange, conservait son instinct de conversation et fuyait tout en marmonnant de vagues imprécations envers on ne savait quels esprits qui semblait il pululaient dans les environs de la chimère.

Chimère qui, d'ailleurs, n'avait pas l'air de vouloir voir s'échapper son casse croûte, c'était bien beau la scéance de chatouilles mais il était temps d'entamer l'apéritif avant qu'il ne se barre, surtout que la viande qui a couru, en général, c'est super dur...

Ainsi donc, l'énorme bestiole se précipita à leur poursuite, explosant arbres et malheureux membres de la faune locale pour les atteindre le plus vite possible.

Ce fut alors, tandis qu'ils fuyaient à toute vitesse, certains chancellant tant leur fatigue était grande, que Leonardo eut une idée.

Leonardo : Cain, tu as le pouvoir du feu alors …

Il fut interrompu par Akira, lequel était trop excité, effrayé ou quoi que ce soit d'autre pour ce souvenir des règles élémentaires de la politesse.

Akira : oui, mets le feu derrière nous !

Zion eut une mimique amusée quand il vit Leonardo tiquer, oh, à peine, et d'ailleurs l'errant ne l'aurait jamais admis, mais il tiqua, avant néanmoins d'obtenir le dernier mot.

Leonardo : exactement, un barrage de feu ne le blessera pas, mais le ralentira le temps qu’on le sème !

Dans leur course, ils n'avaient pas trop le temps de se dévisager l'un l'autre, mais l'absense de réponse de Caïn les fit se retourner temporairement, pour voir que le chanteur roux n'avait effectivement pas l'air d'humeur à jouer les pyrokynésistes. Il avait le regard hagard et continuait de marmonner entre ses dents, ne cessant de trébucher et sans cesse aidé par Zamibaru pour qu'il puisse continuer sa course.

Leonardo : Oh, ça va pas ?
- Personnellement, je pense que non, il ne va pas bien...

Caïn interrompit brutalement sa course, serrant sa tête entre ses mains comme pour l'empêcher d'exploser. Les autres se crurent obligés de s'arrêter aussi, alors que le monstre, à quelques centaines de mètres, continuait de déraciner les arbres en se dirigeant vers eux.

Leonardo : Putain Caïn, qu'est-ce qui te prend ???
- Problème moteur ? répondit Zion, ironique.
Akira : Il a surtout l'air d'avoir une bonne migraine...
Caïn : J'ai mal... tellement mal...
Zamibaru : Je crois que ça va pêter !!
Leonardo : Qu'est-ce qui va pêter ? Caïn, on va se faire tuer là !!
Caïn : Arrête ça... arrête ça, j'ai mal... j'ai.... ggg...

Un rictus hideux déforma le visage du jeune homme qui n'eut soudain plus rien à voir avec le chanteur de rock déjanté. A priori, nota Zion, éternel observateur, Caïn perdait tout contrôle de ses réactions au cours de ses crises. Et, pour l'heure, son attention étant fixée sur Leonardo, ce fut ce dernier qui en fit les frais, car le chanteur poussa un cri gutural et se jeta sur son interlocuteur, tentant de lui broyer le cou.

Caïn : J'ai mal, arrête... arrête ça !! ARRETE CA TOUT DE SUITE !!!

Leonardo aurait bien pu se défendre, s'il n'y avait eu la gamine aux marionnettes pour occuper ses mains et l'empêcher de réagir. Quand à King, sous l'effet de surprise, il ne réagit pas assez vite...

De fait, en fait de flammes sensées ralentir le monstre, Leonardo manqua de justesse de périr grillé, mais à l'instant ou le pouvoir sur le feu de Caïn menaçait de se déclencher en dehors de toute volonté consciente, Zion, qui venait d'en arriver à la conclusion que, finalement, là, ce serait une bonne idée d'intervenir, assomma Caïn d'un coup bien placé sur la nuque. Le chanteur s'effondra, les yeux révulsés.

Leonardo se redressa en toussotant, gardant une certaine forme de contenance malgré le fait qu'il ait perdu l'espace d'une vingtaine de secondes toute dignité en manquant se faire étrangler par un chanteur pris d'une crise de folie. Le serpent siffla quelque chose entre ses crocs, puis...

Akira : YA LE MONSTRE QUI RAPPLIQUE !!!
Leonardo : ... !! *temporairement aphone*
Sturm : Ouais, ben moi, je me casse !! *joint le geste à la parole*

Zion fit un signe à l'encontre de son familier qui soudain se démultiplia par on ne savait quel miracle et partit à la rencontre de la chimère. Ou, plus précisément, ses clones partirent à l'assaut de l'immense bestiole tandis que l'original restait aux côtés de son maître.

- Partez devant, Zamibaru, tu portes Caïn.
Zamibaru : Ca va pas, non, je vais pas jouer le "singer-sitter" longtemps non plus >.<
- Discute pas, à moins que tu ne veuilles périr broyé entre les pattes de pupuce ci devant ?
Zamibaru : On en discutera plus tard... SAUVKIPEUUUU !!

La chimère avait été temporairement ralentie par les clones de terre, mais cela avait laissé le temps à Zion de rassembler ses forces. Il claqua dans les mains, et les clones disparurent, tandis qu'un mur fait de terre, de boue, de végétaux étroitement enlacés jaillissait du sol et bloquait le chemin de l'énorme animal.

Un mur de boue étant d'une solidité toute relative, même aidé par des végétaux, Zion prit la fuite à son tour.

Au bout d'une dizaine de minutes, l'équipe jaillit hors des arbres et se retrouva face au parking du laboratoire, lequel était envahi d'hybrides. Zion, qui arrivait derrière, eut la surprise de voir Leonardo, Sturm, Shô et tout le reste passer leurs nerfs sur les hybrides, lesquels ne firent pas le poids malgré une résistance acharnée.

??? : Ah ben c'est ça, et après ils vont se prendre pour nos sauveurs !!
??? : Voyons, voyons, un peu d'aide ne nous fera pas de mal ^^"

Zion vit que le reste du groupe était aussi présent, eux aussi se battant contre quelques hybrides.

Après quelques propos enflammés des énervés de services et quelques coups d'éclat, le terrain fut nettoyé, les hybrides disparaissant après leur mort.

Zion frappa dans ses mains et aida Caïn, qui émergeait de son évanouissement forcé, à se relever. Le jeune homme se sentait, d'après ses propres dires, "comme un pauv' con qui a pris une cuite mémorable".

Caïn : Y s'est passé quoi depuis qu'on a pris la fuite, dites ? J'ai un trou de mémoire super profond, je crois que cette balle provoque la maladie d'Alzeimer, c'est terrible, je vais mourrir T___T
Zamibaru : Mais tu vas la fermer, oui ? Femelette !!
Caïn : Je t'emmerde, espèce de ouistiti !!
Zamibaru : Couillon !
Caïn : Casserolle !!

Voyant que Caïn était parfaitement rétabli et en forme - la thérapie des baffes faisait toujours de l'effet là ou les meilleurs médicaments échouaient - Zion accorda son attention au reste du groupe. Les deux parties s'étaient racontés leurs malheurs respectifs - excepté la crise de Caïn - et Akira allait d'un blessé à l'autre pour fournir ses soins. De la chimère, nulle trace nulle part, et c'était tant mieux...

A présent, l'équipe étant réunie au complet, il valait mieux trouver un endroit pour restaurer leurs forces avant de repartir sur la piste des ravisseurs.

En priant pour ne pas recroiser la chimère.

----------------------------------------------------------

Désolée pour la qualité médiocre du post, faut dire qu'en ce moment j'ai pas trop le temps. Le chapitre est, théoriquement, fini, mais si vous avez le temps de poster avant que je m'occupe de l'ouverture du chapitre suivant (je ne sais pas si j'aurai le temps) vous pouvez faire un petit bilan des évènements récents. Par contre, ne vous avancez pas sur les évènements qui suivent ^^"
J'ai été assez vague intentionnellement, donc je pense que vous pouvez faire à peu près n'importe quoi dans la durée séparant l'attaque du labo par les hybrides et l'arrivée de l'autre moitié de l'équipe. Là aussi, vous êtes libres de parler de vos réactions.


Sur ce, je vais bosser =_=
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.albatarteam.net/angelicvision
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 5 : Le vol...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 5 : Le vol...
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Histoire de l'économie mondiale, chapitre 1
» ~ Chapitre I : Interprétation des rêves ~
» [CHAPITRE 4] Le monde des sorciers s'embrase.
» [ Film d'Animation ] Kenshin le vagabond : Le chapitre de la mémoire
» Chapitre 690

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coma :: # Coma : Le RPG :: Coma : Premier voyage-
Sauter vers: